Le Lycée se présente ...

1. GÉNÉRALITÉS

1.1. CENTRE SCOLAIRE MARIA ASSUMPTA A.S.B.L.

Le Centre Scolaire Maria Assumpta A.S.B.L., dont le siège social est situé au 76, avenue Wannecouter à 1020 Bruxelles, englobe, outre le Lycée, l’école fondamentale Maria Assumpta (EFMA), avec sa section maternelle mixte située rue de Beyseghem, et l’école Primaire Maria Assumpta (EPMA).

Afin d’aider nos élèves à vivre le mieux possible la transition primaire-secondaire, les équipes pédagogiques des écoles primaires avoisinantes (Institut du Christ-Roi, École Saint-Nicolas et EPMA) travaillent ensemble, élaborent des synergies et privilégient le continuum pédagogique.

1.2. CORPS PROFESSORAL

Le corps professoral du Lycée Maria Assumpta compte quelque 85 personnes. Il est mixte.
Tout professeur peut être contacté en cours d’année par un parent. Il suffit d’en faire la demande au journal de classe ou par voie de cartable.

1.3. ORGANISATION ADMINISTRATIVE

L’organisation administrative est prise en charge par le secrétariat dont les dix membres assument des responsabilités diverses qui vont de l’économat de l’école aux dossiers administratifs de chaque élève et de chaque enseignant en passant par la discipline, l’accueil, la réception et bien d’autres tâches encore au service des élèves d’abord, des enseignants et des parents ensuite.

1.4. TITULARIAT ET CONSEIL DE CLASSE

Un professeur est désigné comme titulaire à la tête de chaque classe ; c’est un guide et un médiateur, auquel chaque élève peut avoir recours.
Le chef d’établissement, la sous-directrice, le titulaire, l’éducateur responsable du degré et tous les professeurs enseignant dans une classe déterminée forment le Conseil de classe qui évalue le travail scolaire de chaque élève.
En cas de nécessité et pour le bien de leur enfant, les parents peuvent être convoqués suite à un conseil de classe.

1.5. CENTRE P.M.S. (Centre Psycho-Médico-Social)

Le Lycée bénéficie des services d’un centre P.M.S.
Lors de l’inscription de leur enfant, les parents seront libres d’accepter ou de refuser les services de ce centre. Un refus d’intervention sera toujours transmis par écrit au centre P.M.S., au moyen d’un formulaire officiel, disponible sur simple demande auprès du directeur du centre.
Pour sa part, l’école, soucieuse d’apporter à chaque élève le maximum d’aide et d’accompagnement, veut offrir la possibilité d’être conseillé, guidé, orienté par des spécialistes en la matière.
Davantage de renseignements seront donnés à ce sujet en début d’année.
Voici l’adresse du centre :

Centre P.M.S. Libre Bruxelles-Nord
rue de Dinant, 39 – 1000 Bruxelles
Tél. : 02/512.87.17

Il est ouvert de 8h30 à 16h30.
Il est fermé du 1er samedi de juillet au 3e ou 4e dimanche d’août et durant les congés trimestriels.

Le Centre PMS, dont le directeur est M. Ph. Rouby, se compose d’une psychologue, Mme A. Flas, d’une assistante sociale, Mme C. Zwaenepoel et d’une infirmière, Mme Bournonville.
L’horaire de garde des agents est actualisé et accessible via notre site www.assumpta.be.
Les consultations se font sur rendez-vous en téléphonant au numéro repris ci-dessus. Les services du Centre P.M.S. sont gratuits. Les élèves et les parents peuvent également choisir de rencontrer les référents au Lycée.

1.6. CENTRE DE SANTÉ

Le personnel médical du Centre de Santé P.S.E. - rue de Dinant 39 à 1000 Bruxelles assure le suivi de nos élèves. Les élèves de deuxième et quatrième années passent une visite médicale obligatoire au Centre.

1.7. CULTURE ET EDUCATION SPORTIVE AU LYCEE MARIA ASSUMPTA

L’éducation prodiguée au Lycée Maria Assumpta vise à développer la personne de l’élève comme un tout harmonieux. A ce titre, l’initiation à la vie culturelle et artistique, et l’encouragement à la pratique de sports font partie du projet pédagogique de notre établissement.

Voici, en guise d’illustration de ce propos, quelques activités culturelles organisées de façon récurrente au cours des dernières années scolaires :

  • visite de grandes expositions culturelles (5e et 6e) ;
  • échange culturel avec des élèves d’Alsace (une classe de 1re) ;
  • animations théâtrales et musicales intra muros ;
  • rencontres avec des artistes, soirées théâtrales, visites d’expositions (Option d’Art d’Expression),
  • voyage scolaire en Angleterre, aux Pays-Bas (3e) ;
  • journées découvertes du Paris médiéval (4e), d’Amsterdam (5e) ;
  • en outre, le Lycée dispose depuis plus de 25 ans d’une troupe de théâtre qui présente chaque année une pièce. Les jeunes peuvent s’y initier à l’art dramatique ;
  • soirées théâtrales (4e, 5e et 6e) en dehors du Lycée.

Au point de vue sportif, citons : des journées sportives (une pour chaque degré) à Louvain-la-Neuve entre autres, et l’occasion donnée aux élèves d’utiliser la salle de gymnastique et de sport sous la supervision de responsables pour y pratiquer des activités diverses (basket, volley, …).
Des activités parascolaires sont aussi proposées aux élèves sur le temps de midi (mini foot, badminton, plongée, improvisation, théâtre en néerlandais,…).

2. EXPLICATIONS DE QUELQUES TERMES

Chaque profession, ayant un objectif précis et particulier, s’exprime dans un langage tout aussi particulier. Ce langage s’appelle parfois le « jargon » du métier. L’enseignement n’échappe pas à cette règle. Aussi est-il bon que chacun se familiarise avec les termes propres tantôt administratifs, tantôt pédagogiques.

2.1. COURS

a) Formation commune

La formation commune est le terme par lequel on désigne les cours identiques suivis en commun par tous les élèves d’un même niveau.
Exemple : en 5e et 6e, éducation physique, formation géographique et sociale, formation historique et religion sont les cours de formation commune. En 3e et 4e, ce sont les mêmes cours auxquels on ajoute les cours de langue maternelle, de langue moderne (le néerlandais), de mathématique et de sciences (3 ou 5 h).

b) Activités au choix

Cette expression désigne globalement tous les cours qui ne font pas partie de la formation commune et de la formation optionnelle. L’objectif de ces activités est, au 1er degré, à la fois
- d’exercer les compétences transversales au travers de supports techniques,
artistiques ou autres,
- de déceler les aptitudes particulières d’un élève à se former par ces
activités.

Ce sont les cours de latin, de socio-économie, de laboratoires scientifiques,
l’Atelier mathématique.

Au 3e degré, cette expression désigne les cours de 2h dont l’objectif est d’apporter un complément de formation aux élèves. Ce sont les cours d’allemand 2h, les activités littéraires 2h, l’espagnol 2h, physique 1h, mathématique +2h.

Il n’y a pas d’activité au choix au 2e degré.

c) Options de base

Ce terme désigne, à partir de la 3e année, des cours qui, à côté des cours de formation commune, constituent la formation de base essentielle choisie par chaque élève. Il désigne tout cours de 3h au moins.

Les options de base n’ont plus d’existence administrative légale au niveau de la 2e année où elles sont remplacées par des activités au choix de l’établissement de 4h. Néanmoins, l’organisation de ces cours sera maintenue sous l’intitulé « activités au choix de l’établissement », et ceci parce que l’expérience nous montre que ces cours motivent aux études.

d) Socles de compétences

Cette expression est employée dans le cadre de la réforme du premier degré, appelée certification par degré, pour désigner l’ensemble des capacités que tout élève doit avoir acquises au terme du premier degré. Le mot compétence est pris ici dans le sens général de « comportement structuré en fonction d’un but, dans une situation donnée ».

On distingue les compétences disciplinaires, c’est-à-dire les savoirs, savoir-être, savoir-faire propres à chaque cours spécifique (exemple : en français, savoir parler, savoir écrire, savoir lire, savoir écouter), et les compétences transversales, c’est-à-dire les savoir-être, les savoir-faire que l’on peut acquérir et développer dans différents cours (exemple : être capable de résumer, savoir gérer son temps, être capable de tenir ses documents en ordre, ...).

Quant aux compétences terminales, elles désignent l’ensemble des capacités que tout élève doit avoir acquises au terme du troisième degré.

e) Certification par degré

Cette expression désigne l’obligation légale faite à tous les établissements de l’enseignement secondaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles de Belgique, depuis le 1er septembre 1994, de ne certifier les deux premières années du secondaire qu’au seul terme de la 2e année. Cette obligation ne supprime pas la possibilité, pour les élèves qui n’ont pas obtenu leur CEB, de commencer leurs humanités par une première année du degré différencié. Cette obligation s’inscrit dans une réforme plus large de tout l’enseignement en Belgique francophone : réforme de structure d’abord, de pédagogie ensuite.

Au niveau des structures

On s’oriente d’une part vers un enseignement du fondement qui englobe 8 années : les 6 de primaires et les 2 premières années du secondaire dont on envisage de les concevoir structurellement par cycles de 3 ans (3e maternelle, 1re et 2e primaires ; 3e, 4e et 5e primaires ; 6e primaire, 1re et 2e secondaires) ; d’autre part, on organise les 4 dernières années de l’obligation scolaire en deux axes comportant chacun deux sections de 2 ans :

  • La section de TRANSITION comprend les humanités générales et les humanités technologiques. Elle vise essentiellement à la préparation des études supérieures.
  • La section de QUALIFICATION comprend les humanités techniques et les humanités professionnelles. Elle vise à préparer l’entrée dans la vie active par l’attribution d’un certificat de qualification mais permet aussi l’accès aux études supérieures.

Concrètement, le décret du 1er degré interdit de certifier en fin de 1re A, de faire deux fois la même année scolaire dans le premier degré et de passer plus de trois ans dans le premier degré.

Au niveau pédagogique

Pour chaque branche de la formation commune, des socles de compétences disciplinaires ont été définis. Pour ces branches-là et les autres activités au choix, l’objectif sera aussi de faire acquérir aux élèves des compétences transversales. Il ne peut y avoir de prérequis à l’entrée en 3e année du secondaire que dans les cours de la Formation Commune, ces mêmes cours servant comme point d’appui principal pour la certification.
De même, dans le cadre de la certification par degré, les grilles pédagogiques du premier degré ont été modifiées.
En première, les deux heures de latin obligatoires tirent leur légitimité parce que le latin est au service du français, langue d’enseignement, et qu’elles permettent à chaque élève de s’initier à la culture qui est une des bases principales de notre civilisation.
Dès la seconde, nos trois grands parcours des humanités s’esquissent par les anciennes options de base, appelées maintenant activités au choix de l’établissement : latin, sciences, socio-économie. Ce premier choix sera suivi par d’autres : l’élève, par les options qu’il prendra, va de plus en plus devenir décideur et acteur de sa formation.

f) Remédiation et/ou activités spécifiques de soutien

Au Lycée, nous faisons le choix de travailler particulièrement la méthode au travers des Plateaux Stratégie pour Réussir (SPR), des Modules SPR, de temps d’accompagnement en mathématiques, néerlandais et méthode de travail.
Nous appelons administrativement ces cours de remédiation : activités spécifiques de soutien.

2.2. CONSEILS OU COMITES

Les enseignants et les élèves se regroupent ou sont représentés dans certaines instances du Lycée.

a) Pouvoir Organisateur (P.O.)

Le Pouvoir organisateur est l’expression qui désigne les membres du conseil d’administration du Centre Scolaire Maria Assumpta.
Ce conseil a un statut juridique d’A.S.B.L. C’est lui qui est responsable de toute la vie au Centre Scolaire Maria Assumpta. Il est actuellement constitué de neuf personnes dont 4 représentent le Diocèse - membres supralocaux – et 4 représentent les écoles Maria Assumpta - membres locaux.

Président du Pouvoir Organisateur : Monsieur M. HORDIES
Administrateur délégué : Monsieur L. ZOMERS

b) Conseil de direction

Six professeurs, élus par leurs pairs, forment le conseil de direction sous la présidence du chef d’établissement. La sous-directrice est également membre de ce conseil.
Il s’agit d’un groupe restreint, représentatif de l’école, chargé de l’examen des problèmes pédagogiques et apte à conseiller le chef d’établissement dans le pilotage pédagogique de l’école et la recherche des meilleures solutions ou décisions à prendre en rapport avec celui-ci.

c) Conseil de participation

Par décision du Gouvernement de la Communauté française (décret « Missions » de juillet 1997), chaque école francophone de Belgique a l’obligation de créer un Conseil de participation. Celui-ci réunit des délégués du Pouvoir organisateur, des parents, des professeurs, des élèves, du personnel ouvrier ou administratif et des représentants de l’environnement social, culturel et économique. Ce Conseil de participation a comme tâche première de réfléchir au projet d’établissement, c’est-à-dire aux options à prendre pour le futur et aux actions à mener dans le but de réaliser concrètement les projets éducatif et pédagogique de l’école.
Le Conseil doit aussi remettre un avis sur le rapport d’activités établi par le Pouvoir organisateur.

d) Conseil d’entreprise (C.E.) et Comité pour la Prévention et la Protection au Travail (C.P.P.T.)

Ces sigles désignent les personnes déléguées des enseignants et de la direction qui ont la charge de veiller à la sécurité et à l’hygiène des locaux du Lycée.
C’est ce comité qui organise annuellement un exercice d’évacuation incendie.
Le Conseil d’entreprise institué au Lycée depuis juin 1995 est actuellement constitué de 6 personnes : 3 représentent le Pouvoir organisateur, et 3 représentent les enseignants des 3 implantations ; ces derniers sont élus lors des élections sociales.

e) Conseil de classe

Ce vocable désigne l’ensemble constitué par le directeur, la sous-directrice, les professeurs, les éducateurs d’une classe et le représentant du Centre Psycho-Médico-Social et qui est chargé d’évaluer les aptitudes, les niveaux de maîtrise des compétences et les comportements des élèves et de prononcer le passage dans la classe supérieure ou le redoublement. C’est lui qui, en fin d’année, est chargé d’attribuer à chaque élève (sauf ceux de 1re année) une attestation d’orientation A, B ou C (cf. p. 22).

Le Conseil des élèves est consulté lors de l’élaboration des horaires d’examens et prend en charge la traditionnelle « matinée des élèves », le vendredi précédant le congé de Pâques. Chaque année, des projets spécifiques sont aussi mis en place comme la réflexion sur le Plan de Déplacement Scolaire (PDS).

f) Conseil des élèves

Cet organe comprend deux délégués (élus) issus de toutes les classes. Il se réunit ordinairement toutes les deux semaines et a pour mission d’essayer d’améliorer les conditions de vie scolaire par le biais de propositions ou d’interpellations aux différentes instances qui gèrent le Lycée. Le directeur, la sous-directrice et les titulaires des classes du cycle en sont membres de droit.

g) Comité des Fêtes

Le Comité des Fêtes est formé de parents et de professeurs, tous bénévoles. Il est présidé par la sous-directrice. Le but de ce Comité est d’organiser, dans la bonne humeur, les activités festives et lucratives du Lycée.

2.3. L’ORGANISATION DE L’ENSEIGNEMENT SECONDAIRE

a) Caractéristiques préalables importantes :
L’enseignement secondaire de plein exercice est dispensé aux élèves réguliers pendant 40 semaines par an, à raison d’un minimum commun à toutes les années d’études de 28 périodes de 50 minutes par semaine et d’un maximum de 32 périodes pouvant être portées à 34 selon certaines conditions.
Une grille horaire comprend toujours une formation commune obligatoire et une formation au choix regroupant une formation optionnelle programmée et des activités au choix.
Le nombre de périodes par semaine de formation commune et de formation optionnelle varie d’après l’année et le choix des options.
C’est cette proportion variable qui constitue la caractéristique et l’originalité de la grille horaire.

b) Les 6 années de l’enseignement secondaire se divisent en trois degrés :

• le degré d’observation (1re et 2e années) : a pour mission essentielle de développer le niveau de maîtrise des compétences transversales au travers des différentes matières. Ce degré est certifié, entre autres, par les épreuves d’évaluation externes certificatives (CE1D) ;
• le degré d’orientation (3è et 4è années) : deux possibilités :

  • se diriger vers une section de transition pour prolonger des études générales, techniques ou artistiques,
  • se diriger vers une section de qualification pour se préparer à une vie professionnelle après la 4e ou 5e ; • le degré de détermination (5è et 6è années) : deux possibilités :
  • soit à partir de la section de transition, l’élève veut poursuivre des études supérieures,
  • soit à partir de la section de qualification, l’élève veut se lancer immédiatement dans la vie professionnelle.

c) Quelques définitions

  • On entend par « forme » d’enseignement : l’enseignement général, l’enseignement technique, l’enseignement artistique et l’enseignement professionnel.
  • On entend par « section » d’enseignement : l’enseignement de transition, l’enseignement de qualification.
  • On entend par « orientation » d’études ou « subdivision » : option de base simple, option de base groupée.   3. MODALITÉS D’INSCRIPTION

3.1. PROCÉDURE
L’inscription d’un élève en première année commune est soumise au Décret Inscriptions de 2007 qui en fixe les modalités.

Pour l’inscription des élèves dans les autres années, il est indispensable d’envoyer une demande écrite (courriel ou courrier) au directeur, Monsieur L. Zomers l.zomers@skynet.be ou luc.zomers@assumpta.be. Il y sera précisé entre autres, le nom et prénom de l’enfant, son école actuelle ainsi que son année en cours, l’année et l’option souhaitées au Lycée. Le courrier sera daté et signé par les deux parents.
Il est important de vous indiquer que les possibilités d’inscriptions sont limitées.
Toutes les candidatures seront placées sur une liste d’attente jusqu’au début juillet dans la mesure où nous devrons prendre en compte le choix de nos élèves et que le nombre de classes reste limité.
Lors des rendez-vous d’inscription (2e et 3e degrés), l’élève doit être présent avec ses parents.

3.2. ADHÉSION AUX PROJETS ET RÈGLEMENTS DU LYCÉE

Par l’inscription de l’élève dans l’établissement, les parents et l’élève en acceptent les projets éducatif, pédagogique et d’établissement, le R.O.I. et le R.G.E. du Lycée.
L’élève nouvellement inscrit et ses parents auront à cœur de remettre le plus rapidement au Lycée les documents d’inscription dûment complétés. A défaut de ce faire, l’inscription deviendra caduque passé un délai de deux semaines.

3.3. NOTION D’ÉLÈVE LIBRE

Nul n’est admis comme élève régulier, s’il ne satisfait aux conditions fixées par les dispositions légales, décrétales, réglementaires fixées en la matière. L’élève n’acquiert la qualité d’élève régulièrement inscrit dans l’établissement que lorsque son dossier administratif est complet et qu’il s’est acquitté, s’il échet, du droit d’inscription spécifique pour certains élèves et étudiants étrangers, dont le montant est fixé conformément aux dispositions légales, décrétales et réglementaires en la matière et/ou du droit d’inscription.

L’élève inscrit régulièrement le demeure jusqu’à la fin de sa scolarité, sauf :

  • lorsque l’exclusion de l’élève est prononcée, dans le respect des procédures légales,
  • lorsque les parents ont fait part, dans un courrier au chef d’établissement, de leur décision de retirer leur enfant de l’établissement,
  • lorsque l’élève n’est pas présent à la rentrée scolaire, sans justification aucune.

Au cas où les parents ont un comportement marquant le refus d’adhérer aux différents projets et règlements repris ci-dessus, le Pouvoir organisateur se réserve le droit de refuser la réinscription de l’élève, l’année scolaire suivante et cela, dans le respect de la procédure légale.

Ces précisions peuvent paraitre exigeantes mais visent avant tout à exprimer clairement nos objectifs :

  • mieux accueillir chez nous tous ceux qui peuvent y trouver un épanouissement réel,
  • définir avec précision les engagements – et donc les responsabilités – de chacun.

Nous croyons par là non seulement faire œuvre pédagogique mais aussi éducative à l’égard des jeunes qui nous sont confiés.